3 astuces pour gérer son stress !

MOOC du Mercredi 7 octobre à 19h : 3 astuces pour gérer son stress !

Durée : 15 minutes
Coach : Edwige Giron Fleckinger
Localisation : en ligne

Post-publication-1-stress

Comment ça marche ?

C’est simple, gratuit et efficace !

1 – Réservez gratuitement en ligne en moins d’une minutes

JE RÉSERVE GRATUITEMENT

2 – Recevez un email avec le lien privé du Webinar

3 – Cliquez, assistez au MOOC et obtenez des conseils d’un coach

Des questions, des réactions ?

Posez vos questions sur Twitter en mettant le hashtag #successmooc dans votre message.
Votre coach répondra à toutes vos questions posées sur Twitter ou en commentaire Facebook.

Rencontre avec Jean-Pierre Papin autour du coaching mental appliqué au sport, au handicap, à la vie !

Cérémonie de remise des Trophées des Maires du Rhône – Edition 2015

Le groupe Progrès a organisé et produit, avec l’Association des Maires du Rhône et de la Métropole de Lyon, les « Trophées des Maires du Rhône ». Ces trophées visent à mettre en valeur des initiatives originales et efficaces dans 12 domaines d’action des communes.

sl_final

 

Nous avons participé à l’édition du lundi 28 septembre 2015, et notamment à la conférence d’ouverture de Jean-Pierre Papin sur Le rôle et la place du sport dans la vie et le rayonnement des communes. Au delà de la conférence, ce fut le moment d’échanger longuement avec cet étoile du sport sur la place du coaching mental dans la vie des sportifs, des handicapés et des malades.

Concernant la place et le rôle des jeunes la société, le sportif de haut niveau a insisté sur le modèle d’éducation allemand : studieux le matin et sportif l’après-midi, tous les jours et pour tous les jeunes. Selon lui, 2 axes sont primordiaux  pour favoriser l’intégration et l’évolution des jeunes :

1. Favoriser la pratique sportive au quotidien : son rôle d’entraîneur et d’éducateur sportif est pour lui un rôle ludique et social d’apprentissage de la vie, du respect des règles et des valeurs

2. Se former, au delà du sport, pour avoir les bases indispensables à une évolution sociale et professionnelle : il précise que les joueurs d’équipes étrangères qui sont régulièrement des exemples en terme de présentation, de communication, de savoir vivre… et de maîtrise de la langue !

 

Un autre sujet, touchant, a été celui de son combat contre la maladie et le handicap de sa fille. L’occasion pour nous de le questionner sur la place du coaching mental dans le sport et dans le processus de guérison.

Selon lui, les sportifs de haut niveau, valides ou non valides, se sont forgé un mental en béton armé en se fixant un objectif ambitieux et le prenant pour aimant. La place du coach mental serait alors de renforcer la motivation et la persévérance de ces sportifs hors normes en les accompagnant toujours plus loin vers leur objectif.

Quant à l’intégration du coaching mental dans le processus de guérison, le sujet est plus délicat dans la mesure où le degré de handicap mental semble être le frein majeur à l’appropriation de la démarche. Cependant, de récentes études ne cessent de démontrer l’importance du renforcement du mental dans le processus d’auto-guérison des malades, notamment dans les cas de cancers, de diabète et de handicap moteur. En effet, pratiquer la pensée positive et visualiser sa guérison de l’intérieur engendre de nouvelles connexions neuronales et conditionne notre cerveau à un avenir plus paisible.

La pratique du coaching mental, accessible pour la majorité d’entre nous, permet ainsi d’atteindre plus aisément ses objectifs aussi ambitieux soient-ils, et de construire de nouveaux schémas cérébraux que l’on sait porteurs d’espoir !

IMG_20150928_200546350

En savoir plus sur le mental training…

Comprenez comment et pourquoi le coaching fonctionne avec les neurosciences !

ENTREPRISE – Le coaching à travers les neurosciences

081124Coaching3

Notre cerveau détient la clé de notre réussite. C’est ce que tente de démontrer la technique de coaching à travers les neurosciences motivationnelles.

David Lefrançois, lors de la conférence Coaching avec les neurosciences organisée par David Barroso et Clara Auffray en 2008, laisse entrevoir les possibilités de cette méthode.  Fondateur de l’Institut Coach-up, il a découvert le coaching par le biais du sport et s’est peu à peu intéressé aux neurosciences.

Comment atteindre ses objectifs ? Comment changer durablement et gravir les échelons jusqu’à son idéal ? Le coaching propose d’accompagner la personne vers ce qui fait sens pour elle. Appliqué aux neurosciences motivationnelles, il se penche sur le système de croyances, autrement dit, sur les mécanismes inconscients qui bloquent ou motivent chacun d’entre nous. « J’ai toujours cherché la différence entre ceux qui réussissent et ceux qui échouent;dans la grande majorité des cas la principale différence est la motivation » a confié David Lefrançois. Identifier son système de croyances pour reprendre le contrôle et faire de son cerveau un allié, c’est ce que propose cette méthode.
L’équation est simple. Selon David Lefrançois, « les représentations mentales génèrent des états internes, qui eux-mêmes génèrent des comportements ». S’intéresser aux représentations mentales, c’est influer sur nos comportements. Les émotions, ces « messagers » de la grande bataille qui se livrent constamment dans notre cerveau, doivent être écoutées.
Pour ce conférencier, la technique de coaching à travers les neurosciences motivationnelles peut permettre d’atteindre « son idéal »durablement, en trois étapes. A condition de faire les choses dans l’ordre.

Bénéficiez d’une séance de découverte du coaching Ericksonien en cliquant ICI !

Source : Laurence Danthony (www.lepetitjournal.com Madrid) lundi 24 novembre 2008

http://www.lepetitjournal.com/madrid/economie/entreprise/33828-actu-madrid

SoluCoach participera aux salons « 24h de l’orientation » à Lyon !

Dans le cadre de notre appartenance à l’ICF (International Coach Federation), SoluCoach participera aux salons Éducatifs nouvelle génération « 24h de l’orientation » organisés par Digischool (leader de l’Education numérique en France).

 

24h.orientation_solucoach

Ces journées sont organisées à Paris, Lyon et Nice et sont thématisées (business schools, numérique, management hôtelier et tourisme, luxe et mode, design et graphisme). Les dates sont prévues les 31 octobre, 28 novembre, 5 décembre, 12 décembre, et 9 janvier 2015.

Tout au long de ces journées, les jeunes peuvent :
– bénéficier de rencontres one-to-one avec les écoles présentes
– assister aux master classes privées
– faire une séance de speed-coaching avec coach scolaire

Etudiants, parents, jeunes actifs, venez nombreux découvrir de coaching d’orientation et changer votre vision !

http://24h.orientation.com/

Les 5 premiers secrets des gens heureux !

Les gens heureux ont forcément des secrets, au moins une recette magique à nous dévoiler ?

smiley face-solucoach

Et bien en voila 5 pour commencer :

1. Utilisez une stratégie pour devenir heureux
On s’imagine que les gens heureux sont nés comme ça, et les gens malheureux aussi. Or les gens heureux s’autorisent à être heureux, alors que les gens malheureux continuent penser et de faire les choses qui les contrarient.
Des études ont montré que les gens heureux vivent les mêmes expériences que les autres, mais que leur vision des choses est différente car ils sont concentrés sur le positif. Tel un enfant qui veut absolument une glace, définissez ce que vous voulez puis établissez une stratégie pour y parvenir.

2. Que vos ambitions soient réalistes
Les gens heureux n’obtiennent pas tout ce qu’ils désirent, mais ils désirent le gros de ce qu’ils obtiennent. En d’autres termes, ils truquent le jeu en leur faveur en faisant le choix d’estimer les choses qui sont à leur portée.

Il existe une forte corrélation entre le bonheur et la cohérence des buts et ressources des gens. Cela signifie que plus les buts d’un individu sont réalistes et atteignables, plus il y a de chances qu’il soit satisfait de lui.

3. Soyez ouverts à de nouvelles idées
Ne cessez jamais d’apprendre et de vous adapter car le monde ne cessera de changer. Si vous vous limitez à ce que vous saviez autrefois et à votre zone de confort d’avant, vous serez de plus en plus frustré par tout ce qui vous entoure.

De recherches effectuées sur les personnes âgées montrent que, d’avantage que leur situation financière ou l’état de leurs relations, c’est leur disposition à s’adapter qui est le critère essentiel de leur degré de satisfaction. Si elles sont prêtes à modifier certaines de leurs habitudes ou de leurs attentes, leur bonheur perdure, même quand les circonstances évoluent.

4. Dans le doute, faites une supposition positive
Face à une situation dont ils ignorent les déterminants, les gens malheureux tirent des conclusions négatives. Les gens heureux, face à la même situation, envisagent une possibilité positive.

Selon qu’ils sont heureux ou malheureux, les gens expliquent le monde différemment. Quand une personne malheureuse doit interpréter le monde, 8 fois sur 10 elle ne verra que le côté négatif d’un événement.  Quand une personne heureuse l’interprète à son tour, 8 fois sur 10 elle n’y voit que du positif.

5. Ce n’est pas ce qui est arrivé qui compte, mais comment vous le considérez
Il n’existe aucun moyen objectif de déterminer si, oui ou non vous avez vécu une belle vie, si vous avez passé une bonne journée ou une heure agréable. L’appréciation de votre succès ne dépend que de votre seul jugement.

Savoir que quelqu’un a récemment subi un sérieux revers personnel ou connu un grand succès ne permet pas de déterminer s’il est heureux ou malheureux. Pour cela il faut connaître la façon dont il perçoit les causes et les conséquences de ces événements.

Voilà, je vous propose de mettre en application ces 5 astuces pour commencer à être heureux.

Voyez les changements et RDV la semaine prochaine pour une séance de coaching offerte !

Pourquoi même le PDG de Google a besoin d’un coach ?

Eric Schmidt, ex-P.D.G. de Google, affirme que « tout le monde a besoin d’un coach » et que c’est le meilleur conseil qu’il n’ai jamais reçu (Interview by Adam Lashinsky, Fortune International).


_solucoachlyon

En réalité, il avait d’abord ignoré ce conseil, fort de son statut de P.D.G. accompli avec une la réputation qu’on lui connaît. Pourquoi aurait-il eu besoin d’un coach, Lui ? Comment un coach pourrait-il le conseiller s’il est le meilleur au monde dans son domaine ?

Il avait raison, le coach est loin d’être compétent dans votre domaine et il n’en n’a pas besoin pour vous aider, car ce n’est pas son métier. Bien au contraire, c’est son objectivité et sa neutralité qui rend votre coach efficace.

Le métier du coach est de vous observer, vous questionner de façon pertinente et vous amener à dépasser vos propres objectifs. Le simple fait de regarder une situation à travers d’autres yeux ou sous une lumière différente vous permet de voir autrement et donc de réfléchir à de nouvelles solutions.

 

Alors, êtes-vous prêt au défi ?

Réservez votre séance de coaching en cliquant ICI !

 

« Internet est la première chose que l’homme a créée sans la comprendre, c’est la plus grande expérience en matière d’anarchie jamais réalisée. » Eric Schmidt

Rentrée au travail : 7 astuces pour démarrer du bon pied !

La reprise du travail est facteur de stress ? De démotivation avant même d’y avoir remis les pieds ? Peur d’être débordé et de perdre le bénéfice de vos vacances ?
Voici 8 astuces qui vous permettrons de gérer au mieux votre rentrée !

groupe

1. Motivation… où es-tu ?
Avant même d’avoir franchi la porte de votre bureau, vous vous demandez pourquoi vos vacances de rêve doivent avoir une fin et comment retrouver la motivation d’aller travailler.
Pour vous remettre dans de bonnes conditions, il est important de penser en positif : plutôt que d’appréhender l’ouverture de votre boite mail, les premières réunions et votre « to do list », exercez-vous à vous remémorer tous les aspects de votre travail que vous appréciez le plus. Concentrez-vous sur vos satisfactions, sur ce qui vous plait dans votre travail, sur vos collègues sympas et vos déjeuners « retour de vacances », sur des réalisations que vous avez à mener, … Rappelez-vous aussi quel est le but de votre travail au quotidien, qu’est-ce que l’atteinte de vos objectifs vous apporte, à quoi vous contribuez ?
Pour avoir le sentiment de prolonger vos vacances avec tout leurs bienfaits, accordez-vous des petits plaisirs quotidiens pour reprendre et continuer en douceur. Il s’agit souvent que petites choses très simples, comme prendre un café avec des collègues que vous appréciez, montrer vos photos de vacances, penser à vos prochaines vacances, planifier un week-end en famille, ou juste déjeuner dehors pour profiter de l’été indien. Ces petits moments sont importants car ils permettent de maintenir votre énergie et votre bonne humeur tout au long de l’année.
Vous devez aussi vous accorder des micro-pause ou micro-siestes, le temps de respirer profondément et de vous étirer quelques minutes. Cela permet d’oxygéner votre corps et votre cerveau, et de repartir avec un regain d’énergie. Pensez donc à vous accorder des moments de détente, rien que pour vous, dès votre rentrée, pour conserver au maximum les bénéfices de vos vacances !

2. Evitez le débordement !
La période de début septembre est un peu entre deux eaux : les projets d’été sont terminés et les projets de rentrée se préparent. C’est aussi la période des bilans budgétaires et décisions associées.
Profitez de cette période pendant laquelle beaucoup de choses se mettent en place pour reprendre doucement votre quotidien. Une fois les décisions prises, vous aurez les idées plus au clair et pourrez expérimenter un changement d’organisation, un ajustement de vos habitudes de travail, le pouvoir de dire non, …
Ainsi, petit à petit, vous progresserez dans la gestion de votre temps et apprendrez à ne pas vous surcharger inutilement.

3. « Stress : sors de ce corps »
La rentrée est souvent synonyme de « rush ». Il faut reprendre les dossiers en cours, se remettre dans le rythme des réunions, gérer les nouveaux projets, … Une dynamique qui contraste fort avec vos vacances détente !
Pour conserver le bénéfice de vos vacances, il est nécessaire de faire le point sur ces facteurs de stress pour mieux les appréhender et apprendre à les gérer.
Explorer ce que vous pouvez changer dans votre quotidien pour avoir plus de bien-être au travail, établissez des priorités, menez une réflexion approfondie sur votre organisation et vos méthodes de travail pour vérifier qu’elles sont bien adaptées.
L’important est de ne pas vous laisser déborder par une soit-disante « surcharge de travail ». Hiérarchiser votre « to do list » en identifiant ce qui est urgent et/ou important, et surtout ce qui ne l’est pas. Apprenez aussi à exprimer vos besoins, à dire non aux demandes inappropriées, et à prendre du temps pour vous ménager.

4. Le moral dans la casquette !
Le passage d’un état de relaxation intense et de liberté à un environnement de travail avec toutes ses contraintes est souvent difficile. Il est donc nécessaire de prévoir une période d’ajustement pour vous permettre de reprendre du bon pied.
Pour éviter les baisses de moral et se réadapter, il faut que vos premiers objectifs restent modestes : chaque chose en son temps. Repensez à la fable de Lafontaine « Le lièvre et la tortue » : « rien ne sert de courir, il faut partir à point. » Avoir de petits objectifs au début est facteur de motivation car vous pourrez percevoir votre avancement et vous sentir satisfait de la réalisation de vos tâches.

5. Procrastination = alerte !
La procrastination, cet art bien connu de toujours remettre au lendemain les tâches qui nous déplaisent, n’est pas forcément votre ennemi. En effet, considérez-là comme une alerte vous indiquant que quelquechose doit être ajusté dans votre organisation ou votre travail.
Bon à savoir : les « to do list » peuvent être contreproductives et source d’angoisse devant la montagne des choses à faire. Il faut alors procéder autrement, comme par exemple en identifiant dans votre agenda les tâches à faire chaque jour. Votre « to do list » quotidienne vous paraîtra alors surmontable et vous aurez la satisfaction d’avancer chaque jour.

6. Le jour de la reprise : ne lisez pas vos mails
Rappelez-vous que le jour de la rentrée des classes, vous n’aviez encore rien noté dans votre cahier de devoirs. Et bien au travail, c’est la même histoire : ne lisez pas vos mails le premier jour, ou en tout cas pas dès votre arrivée au travail. Privilégiez les échanges verbaux avec votre backup, vos collègues, votre équipe, votre manager. Une bonne discussion est bien plus instructive et efficace que 2h passées à lire des mails sans en connaître tout le contexte.
Aussi, votre capacité de concentration sera plus élevée qu’en étant seul devant votre messagerie, et votre stress sera ménagé.
Un petit truc : ne portez pas trop d’attention au nombre de nouveaux mails, il faudra savoir faire un tri rapide pour identifier les urgences à gérer en priorité ; le reste attendra.
Pour venir à bout de vos nouveaux mails, fixez-vous un objectif quotidien avec une plage horaire dédiée et intégrée dans votre agenda : inutile de blinder votre planning en pensant pouvoir terminer la lecture de vos mails en parallèle, c’est irréaliste et un facteur de stress dont vous n’avez pas besoin.

7. Prenez de bonnes résolutions… ou pas !
Attention à la folie des bonnes résolutions. En fonction de chacun, elles peuvent soit donner une belle énergie pour reprendre, soit ajouter de la culpabilité à ne pas pouvoir tout assurer.

 

Excellente rentrée à tous !

5 idées reçues sur le coaching personnel !

siffletLe coach est-il un entraineur sportif ?

Si vous considérez votre vie personnelle et/ou votre activité professionnelle comme un sport, alors je suis votre coach !
Le coach sportif vous conseillera sur la pratique d’un sport, alors que le coach professionnel et personnel, lui, vous accompagne dans la définition de vos objectifs quels qu’ils soient, dans la réalisation de vos progrès, dans le développement de vos projets, tout en veillant au maintien de votre motivation pour atteindre votre but.

 

Le coach est-il un conseiller ?

Vous êtes l’expert de votre propre vie et le coach vous aide à vous poser les bonnes questions pour trouver les meilleures solutions à mettre en œuvre.
Vous atteindrez vous-même vos objectifs avec votre coach, son rôle est de vous accompagner et de faciliter le questionnement pour vous permettre d’atteindre vos propres sommets.

 

Le coach est-il un psychologue ?

Chaque métier à ses propres caractéristiques, et la psychologie est centrée sur les problèmes et l’analyse du passé.
Le coach n’est pas là pour remplacer un thérapeute, si besoin est, mais pour aider le coaché à se façonner une vision positive de l’avenir en trouvant des solutions nouvelles et inédites.
Rappelez-vous cette phrase : « la peur n’empêche pas le danger », et posez-vous la question : « Qu’est-ce que je peux faire à la place d’avoir peur, et qui sera encore plus constructif pour moi ? ».

 

Est-ce que ça fait mal, Docteur ?

Le coaching peut vous amener à avoir des prises de conscience parfois chargées en émotion.
Pour autant, la bienveillance du coach dans ses séances vous permettra de transformer ces émotions en énergie positive pour aller de l’avant et construire vos projets.

 

Pourquoi faire appel à un coach ?

Pour plein de raisons qui vous permettront d’aller de l’avant et de construire et développer vos projets, quels qu’ils soient :
• gérer vos priorités,
• organiser votre temps,
• prende des décisions
• changer d’emploi / de métier / d’entreprise,
• créer votre propre entreprise,
• apaiser des relations de travail / des relations personnelles,
• changer de vie,
• gérer votre stress,
• maintenir et développer votre motivation,
• vous remettre au sport,
• perdre du poids,
• mieux appréhender une situation nouvelle,
et tout ce dont vous aurez besoin…

 

Réservez votre 1ère séance de coaching offerte en cliquant ICI !

Interprétation hâtive : comment éviter les malentendus ?

Comment distinguer si ce que nous percevons est bien la réalité ou le fruit de notre propre interprétation ?

J’aimerais partager avec vous une réflexion sur une situation vécue par Nicole Simard (Formatrice-Coach-Conférencière).

« Cet été, je me suis rendue à une clinique médicale pour y prendre possession d’un résultat d’examen. Alors que j’étais debout, en attente dans un corridor étroit, un couple de personnes âgées s’est dirigé vers la sortie en marchant péniblement. Derrière eux un homme essayait de se faufiler, d’abord vers la gauche, puis vers la droite. Il semblait pressé et énervé par la situation.

N’en pouvant plus devant ce que j’interprétais comme un manque de politesse, j’interpelle l’homme et lui demande d’être patient. C’est alors que je l’ai vu glisser sa main sous le bras du vieil homme pour l’aider à se déplacer. En une fraction de seconde, j’ai réalisé que son intention était de supporter cet homme, probablement son père. Inutile de vous dire que j’ai eu droit à une remontrance de sa part. Avec le recul, j’ai réalisé que j’avais mal interprété cet incident et porté un jugement émotif et impulsif. »

poire

Cela est une expérience parmi de milliers que nous vivons tous les jours dans nos communications, que ce soit dans notre vie personnelle, familiale, sociale ou professionnelle : relations interpersonnelles, réunion de travail, une rencontre avec un client, etc… Nous nous attachons à déchiffrer ce que nous pouvons voir, entendre et percevoir, dans un contexte que nous ne maîtrisons pas complètement. C’est alors que nous sommes amenés à porter un jugement, souvent hâtif, pour expliquer une situation.

Avant de réagir trop rapidement, prenez le temps de valider une information, de questionner une situation et de confirmer une perception. Vos relations professionnelles et personnelles n’en seront que plus harmonieuses.

Apprenez à changer de regard avec une séance de coaching offerte en cliquant ICI.

6 questions à se poser, le temps d’une pause…

Au cours de l’année, il y a un moment pour faire une pause et vérifier si vous êtes toujours en phase avec les objectifs que vous vous êtes fixés. Cette pause est l’occasion d’évaluer sur une échelle de 1 à 10 votre avancement vers l’objectif et d’en vérifier l’importance, l’urgence et parfois la pertinence.

solucoach-question

Ces objectifs sont-ils encore d’importance et réalistes pour vous ?

Cette question est importante car le changement est perpétuel et propre à l’homme, et peut nécessairement impacter tout ce que vous planifiez.

 

Ne tombez pas dans la dérive de vouloir à tout prix atteindre un but à cause d’une promesse à laquelle vous ne voulez déroger : vous gagnerez à faire preuve de flexibilité. Il faut savoir être à l’écoute pour vérifier et valider si vos réflexions, décisions et actions actuelles vous amènent dans la direction de vos réels besoins et intentions.

Voici six questions de coaching professionnel qui vont vous permettre soit de réajuster, soit de maintenir l’objectif pour continuer l’année de façon pertinente ; c’est aussi un puissant exercice à faire en équipe pour s’assurer que chacun reste aligné avec les objectifs de l’organisation :

1. Que dois-je commencer à faire pour atteindre mes objectifs?
2. Qui dois-je commencer à être pour atteindre mes objectifs?
3. Que dois-je cesser de faire pour atteindre mes objectifs?
4. Qui dois-je cesser d’être pour atteindre mes objectifs?
5. Que dois-je continuer pour atteindre mes objectifs?
6. Qui dois-je continuer d’être pour atteindre mes objectifs?

Faites ainsi une pause dans votre agenda et prenez le temps de réfléchir à ces questions :

  • Qu’avez-vous découvert ?
  • Quels constats faites-vous de la situation présente ?
  • Que vous inspirent vos réponses ?
  • Comment allez-vous vous y prendre pour maintenir le cap sur ce nouveau plan d’actions ?

Un coaching pourrait vous aider à approfondir votre réflexion 😉