3 points clés de la reprise du travail après une maladie

environmental-protection-326923_1280

Pourquoi les problématiques de reprise du travail et de maintien dans l’emploi sont-elles de plus en plus présentes dans les entreprises ? Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Nous pouvons tous être confrontés un jour à la maladie ou à un accident que cela soit lié ou non à l’aspect professionnel et, de ce fait, potentiellement, nous pourrions tous être concernés par ce type de démarche. Le vieillissement de la population active couplé à l’augmentation du nombre de troubles musculo-squelettiques ou bien encore de cas de souffrance au travail met les entreprises en difficulté dans le cadre de reprise du travail et de maintien dans l’emploi de leur personnel. Les personnes peuvent faire l’objet d’une inaptitude au poste de travail ou bien encore de restrictions d’aptitude que l’employeur doit gérer. C’est à partir de ce moment que les difficultés (juridiques, techniques, ou organisationnelles) de l’employeur commencent. De plus, le temps est précieux dans cette démarche car il est minuté.
Le nombre croissant de reconnaissances de maladies professionnelles, d’accidents du travail et l’augmentation de la durée des arrêts maladie laissent penser que les entreprises doivent se préparer, de plus en plus, à gérer les problématiques de reprise du travail et de maintien dans l’emploi. C’est pourquoi, pour favoriser cette démarche, il faut anticiper un maximum la reprise de travail.

Quelles sont les étapes essentielles pour réussir la reprise du travail d’un salarié après un arrêt de longue durée ?

Anticiper reste la priorité. Pour cela, il faut donc garder le contact avec le salarié/agent. Plus le contact est gardé entre les deux parties, plus l’issue de la reprise sera favorable ou au minimum accepté de tous. Il est ensuite essentiel de rester en contact permanent avec, a minima, le médecin du travail (ou de prévention) et donc de favoriser la mise en place d’une visite de pré-reprise par le salarié/agent. Après celle-ci, des pistes pourront être envisagées comme l’aménagement de poste de travail, le temps partiel thérapeutique, le reclassement en interne, la formation…

Un deuxième point non négligeable concerne le retour du salarié/agent dans la structure. C’est une (ré)intégration à préparer, à prévoir de manière collective La clé de ce retour, en dehors de l’anticipation et du contact avec le salarié/agent, sera le collectif qui accueillera ce dernier.

Quel rôle les équipes de santé au travail peuvent-elles jouer pour favoriser le maintien dans l’emploi ?

En premier lieu, le rôle central du médecin du travail (ou de prévention) est prégnant. C’est avec lui que l’entreprise devra percevoir les possibilités, les capacités du salarié/agent à reprendre une activité dans l’organisation. Il est le conseiller de l’employeur sur l’ensemble de cette démarche. Ensuite, il peut faire appel à des ergonomes du service pour favoriser l’aménagement du poste de travail. Il peut également enclencher des démarches de reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé permettant à l’employeur de bénéficier d’aides, également de faire appel à des structures externes, notamment celles favorisant le maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés.

Découvrez nos accompagnements en entreprise !

 

Interview de Sébastien HOF, Psychologue du travail et IPRP – 19/04/2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *